lundi 13 août 2018

Coucou mes amis me voilà de retour...!

LA FEMME QUI BOIT

Ne vous moquez jamais
De la femme qui boit !
D'ailleurs, elle ne boit pas,
Elle s'éponge le coeur
Pour tenter d'adoucir
Des blessures anciennes
Dont elle n'a souvenir
Que par bribes incertaines.

Si elle boit toute seule
C'est qu'elle s'est fabriquée
Une prison sans murs
Ni barreaux, ni fenêtres
Dont la porte est fermée
A double et triple tour
Et dont elle ne sait plus
Où elle a mis la clef.

Des heures durant elle boit,
De la bière au whisky
Du whisky à la bière
Elle se remplit d'alcool
Sans le moindre plaisir
Pour connaître l'ivresse
Qui seule peut effacer
La laideur de sa vie.

Quand l'alcool lui aura
Donné de fausses ailes
De fausses raisons de vivre
Et de fausses espérances
Elle remplira de larmes
Son verre déjà vide
Et se saoulera de pleurs
Ce vin au goût salé.

Après s'être enivrée
Et saoulée de tristesse
Il ne lui restera
Qu'a tendre un dernier verre
Pour le remplir de honte
Cette liqueur amère
Qui peut faire pire encore
Que tout l'alcool du monde.

Et toute honte bue,
Elle rentrera chez elle
Hideuse et titubante
Sous le regard moqueur
De ceux là et de celles
Qui la montrent du doigt
Mais qui ne savent rien
Du malheur de la vie.

Ne vous moquez jamais
De la femme qui boit !
Ne l'éclaboussez pas
De sourires méprisants !
Aidez-la simplement
A retrouvez sa clef
Pour qu'elle ouvre sa porte
Au vent de liberté.

Daniel Pasquier

5 commentaires:

  1. Coucou, te revoilà ! Un homme qui boit ce n'est pas beau, mais une femme c'est bien triste, et comme le dit le poète il faut lui tendre la main, l'aider... un poème plein de sensibilité !
    Bellissima fine di giornata à te,
    Bacioni della tua amica
    Prima

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour GEGOUSKA

    Heureux de vous retrouvez

    avec la forme revenue.
    Les jours se suivent

    avec une grande ressemblance,

    un lundi sans pluie ni vent

    mais le ciel était d'alternance; en tricolore.

    La moitié de blanc de blanc, un grand quart

    en gris du plus clair au plus foncé

    et un tout petit quart en bleu,

    qui laisse quelques rayons nous effleurer.

    Que cette journée de mardi nous apporte

    ce que chacun attend en cette période.

    AmiCalement

    . * J-G-R-C-2018 *.

    RépondreSupprimer
  3. sympa ce petit coucou
    ah boire quel fléau, une maladie qui enivre dans le mauvais sens!! hélas
    doux mardi
    bisous

    RépondreSupprimer
  4. Content de te lire.
    Le temps est variable.
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir l'ami Gégouska,un retour en poésie que je savoure avec retard mais non sans plaisir !!

    RépondreSupprimer

LE BONHEUR

LE BONHEUR Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite. Le bonheur est dans le pré, cours-y vite. Il va file...